Visit Homepage
Aller le contenu

Le système funéraire au Royaume-Uni

ukfuneral

Avec plus de 600,00 enterrements en moyenne par an, le secteur funéraire au Royaume-Uni est très dynamique. Comment s’organisent les funérailles de l’autre côté de la Manche ?

1. Comment organiser ses obsèques ?

Au Royaume-Uni, il existe différentes manières d’organiser des funérailles :

– Faire appel à un funeral director (conseiller funéraire en pompes funèbres) : il se chargera de l’intégralité de l’organisation des obsèques (soutien logistique et matériel).

– Organiser les obsèques soi-même en se chargeant intégralement de la logistique et des démarches administratives. L’aspect matériel (cercueil, fleurs…) peut être géré par des pompes funèbres ou des supermarchés funéraires.

    D’après une étude, la prise en charge des obsèques par les familles représenterait un peu plus de 52 % des décès en 2014 (contre 39 % en 2013).

Les funeral director sont regroupés au sein de plusieurs organismes qui proposent également aux familles des annuaires regroupant les entreprises de pompes funèbres. Ces organismes respectent des codes à la fois éthiques et légaux. Parmi ceux approuvés par le gouvernement on peut trouver :

– National Association of Funeral Directors (NAFD)

National Federation of Funeral Directors (NFFD),

– Society of Allied and Independent Directors (SAIF)

– British Humanist Association (BHA). Celle-ci recense d’autres activités comme les mariages, et prône la laïcité. Elle est dédiée aux personnes qui souhaitent organiser des cérémonies sans connotation religieuse.

Certains organismes sont consacrés à une religion en particulier afin de respecter aux mieux les rites.

     a) Les entreprises de pompes funèbres

Au Royaume-Uni, les deux principaux groupes de pompes funèbres sont Co-operative Funeralcare et Dignity Plc. Ils réalisent plus d’un tiers des funérailles annuelles au Royaume-Uni. Il existe un troisième groupe : Funeral Partners. A eux trois, ils représentent plus de 3000 pompes funèbres dans tout le Royaume-Uni.

Il existe également des pompes funèbres indépendantes : ce sont généralement des entreprises familiales transmises de génération en génération.

     b) Les cimetières

Il existe deux types de cimetières au Royaume-Uni.

Les cimetières municipaux : ils sont gérés par les municipalités. Les cimetières municipaux sont accessibles à toute personne leur adressant une demande.

Les cimetières privés : ils sont la propriété de familles, de sociétés ou même de pompes funèbres. Y être enterré est soumis à l’accord du propriétaire. Mais il arrive qu’il soit le seul à pouvoir en bénéficier avec ses proches. Néanmoins, certains cimetières privés sont accessibles à toute personne demandant à y être enterrée.

Au Royaume-Uni, la tradition du caveau n’existe pas. Les défunts sont donc enterrés en pleine terre. La plupart des cimetières britanniques n’offrent au visiteur ni allée ni chemins : le terrain du cimetière consiste en une vaste pelouse. Contrairement à la France, une sépulture britannique n’implique pas nécessairement une pierre tombale. Elle peut simplement consister en une stèle sortant directement de terre.

Le style des sépultures reflète les différentes influences architecturales en fonction des régions (gothiques, romanes etc…) et les différents courants religieux passés ou présents. Le nord de la Grande-Bretagne et l’Irlande-du-Nord se distinguent en général par des sépultures de style gothique. Au Royaume-Uni, la pierre est très utilisée.

2. Quel est le coût de la mort ?

     a) Les frais liés au décès

Selon une étude menée par l’assureur Sunlife (filiale d’AXA), le «coût de la mort» représente la totalité des frais engendrés lors des obsèques. Il se répartit comme suit :

– Coût des funérailles : frais médicaux, prestations des pompes funèbres, coût de l’inhumation (ou de la crémation) et du maître de cérémonie.

– Frais supplémentaires : mémorial, oraison funèbre, fleurs, coût de location du lieu de la cérémonie, frais de restauration et de transport…

– Frais annexes : engagement d’un professionnel (avocat ou notaire) pour organiser la succession, etc…

Au Royaume-Uni, les frais liés au décès reviendraient en moyenne à 8400£ (11600€). De simples funérailles coûtent en moyenne 3100£ (4300€).

Cependant, les disparités sont marquées sur le territoire britannique. A Londres, le coût moyen des funérailles est de 4800£, et le «coût de la mort» de 10498£. A l’inverse, en Irlande du Nord les prix sont moins élevés : le «coût de la mort» est estimé à 5893£.

C’est l’étude menée par Sunlife qui a introduit la notion de « coût de la mort » : par la suite, elle a été utilisée à plusieurs reprises dans les médias. Cependant, il ne s’agit pas d’une notion formelle et reconnue par tous. Le coût de la mort représente la moyenne des frais qu’entraîne un décès.

CS77764782Toujours d’après Sunlife, 14% des britanniques ont fait face à des difficultés financières suite à des obsèques.

Pour les financer, 42% ont recours à leur épargne, 25% empruntent à leurs amis. 22% contractent un emprunt bancaire pour offrir des obsèques respectant au mieux les volontés de leurs proches.

D’autres font même appel au crowdfunding.

     b) Les aides de l’Etat

L’Etat peut également intervenir via les funeral payments : ce sont des aides financières versées aux familles et proches qui organisent les obsèques. Cette aide ne couvre en moyenne que 35% des frais. Le gouvernement britannique ayant procédé à des restrictions budgétaires, le montant annuel des aides est passé de 405 millions d’euros en 2010 à 102 millions d’euros en 2012 (selon un rapport établi par le Guardian).

Bénéficier des aides de l’état est soumis à certaines conditions :

La personne organisant les obsèques doit jouir d’un faible revenu. Mais si l’un des membres de la famille possédant un lien de parenté plus proche avec le défunt est déjà susceptible d’en bénéficier, cette aide lui sera refusée.

Les aides de l’état servent à financer la cérémonie, le cercueil, l’enterrement et les fleurs. Le déplacement du corps est indemnisé au-delà de 50km. Le dispositif d’accès aux aides et aux prestations proposées est détaillé sur le site du gouvernement britannique.

     c) La prévoyance

Le meilleur moyen d’anticiper le coût élevé des obsèques et de souscrire un contrat de prévoyance. Au Royaume-Uni, il en existe deux types:

-les funeral insurances : assurances décès. L’argent prévu pour l’organisation des obsèques est mis de côté et sera débloqué lors du décès.

– les pre-paid funeral plans ou pre-need plans : contrats de prévoyance, où l’organisation intégrale des obsèques est prévue et le financement sont faits.

Ces pratiques tendent à se développer rapidement au Royaume-Uni. De nombreux assureurs, pompes funèbres et organismes proposent d’obtenir des devis sur internet afin de s’organiser à l’avance.

Il existe également les bereavement payments ou bereavement benefits d’un montant de 2000£. Cette allocation est versée lorsqu’une personne perd son conjoint, sous certaines conditions (également détaillées sur le site du gouvernement britannique).

3. Quelles sont les modes et tendances funéraires au Royaume-Uni ?

De plus en plus de familles renoncent à un enterrement traditionnel en raison de son

coût élevé et se tournent vers la crémation. En 2010, la crémation représentait 70% des décès.

Dans des pays à tradition catholique, les taux sont moindres même s’ils progressent lentement : en France, la crémation représentait 32% des décès en 2014. En Italie et en Espagne, c’est moins de 15%.

Les funeral trends ou «modes funéraires» sont très variées :

– Organisation d’obsèques personnalisées par des thèmes, décorations, etc… En accord avec les goûts du défunt. Il s’agit de célébrer la vie qui vient de s’achever. Cependant ce type d’obsèques peut s’avérer onéreux.

– De plus en plus de personnes souhaitent s’éloigner de la religion. D’où la naissance d’organismes dédiés aux cérémonies laïques.

– La personnalisation du cercueil est courante : il peut être en carton, en osier, en passant par le métal et le bois traditionnel. Contrairement à la France, il existe davantage de matériaux autorisés pour la construction des cercueils.

Les-réseaux-sociaux-et-la-mortRéseaux sociaux et nouvelles technologies s’invitent aux obsèques. Certaines personnes diffusent des obsèques en ligne en streaming via des applications. Selon une étude menée par co-operative.coom, 5% des 18-24 ans britanniques ont déjà pensé à faire diffuser en ligne leurs obsèques. Il existe aussi des plateformes d’hommages en ligne. Les traditionnelles photos et vidéos «souvenir» sont toujours très prisées, tout comme la diffusion de musique.

maxresdefaultLa nouvelle tendance des obsèques est eco-friendly, soucieuse de l’environnement. Il existe différentes méthodes :

Utilisation de cercueils en matière biodégradable, inhumation sans pierre tombale par exemple.

– Les woodland burials : parcs ou espaces naturels, privés ou non. Les urnes et/ou cercueils sont inhumés et un arbre est planté en guise de pierre tombale.

D’autres modes plus ou moins loufoques voient le jour:

– Dispersion des cendres par avion.

– Dispersion des cendres dans l’espace.

– Utilisation des cendres pour faire des pétards ou des feux d’artifices.

Facebooktwitterrssby feather

Articles récents

Un commentaire

  1. […] Avec plus de 600,00 enterrements en moyenne par an, le secteur funéraire au Royaume-Uni est très dynamique. Comment s’organisent les funérailles de l’autre côté de la Manche ? 1. Comment organiser ses obsèques ?  […]

Les commentaires sont clos.