Visit Homepage
Aller le contenu

Un métier méconnu : entomologiste forensique

ENTOMOLOGIE insecte

Egalement appelé entomologie médico-légale, l’entomologie forensique consiste à étudier les insectes présents sur les cadavres et leur rôle dans la décomposition des corps ; cette technique sert notamment à déterminer la date, le lieu et les circonstances du décès lorsqu’un crime a été commis. L’entomologiste travaille en relation avec la police scientifique et un institut médico-légal.

L’entomologiste face à différentes vagues d’insectes

Après un décès, il y a en général 5 étapes de décomposition : cadavre frais, putréfaction, fermentation, dessèchement et état de squelette. Les cadavres alors sont soumis à des changements physiques, biologiques et chimiques. Ces différentes étapes attirent des espèces d’insectes différentes qui utilisent le corps pour se nourrir et nourrir leur descendance. C’est l’objet d’étude de l’entomologiste. C’est le vétérinaire Jean-Pierre Mégnin qui pose les bases de la discipline à la fin du 19ème siècle. Dans son ouvrage « La faune des cadavres », il analyse huit vagues successives d’insectes ; baptisées « escouades ».

La première escouade d’insectes (mouches vertes et bleues) arrive quelques heures après la mort : elle va pondre dans les orifices naturels de l’organisme des larves qui deviendront les asticots qui vont se nourrir des tissus. La deuxième escouade (mouches à damiers) arrive au bout d’un mois et produit des larves qui réduiront les tissus en bouillie. La troisième escouade (coléoptères, lépidoptères) survient entre 3 à 9 mois après le décès, lorsque les graisses du corps commencent à rancir. La quatrième escouade (mouches du fromage) arrive entre les 4ème et 8ème  mois. La cinquième escouade (insectes coprophages) arrive environ un an après le décès : les insectes dévorent la chair desséchée. Les 6ème et 7ème escouades (acariens, arachnides puis coléoptères) arrivent entre un et trois ans après la mort et nettoient les dernières humeurs du cadavre et les restes (ligaments et tendons). La huitième et dernière escouade est composée d’insectes qui font disparaître tous les débris laissés par les escouades précédentes d’insectes : insectes morts, larves…

La succession des huit escouades d’insectes a été remise en cause par de nombreux spécialistes. En effet, la décomposition du corps dépend de plusieurs facteurs : les circonstances de la mort, la taille et le poids du corps, le climat, le lieu ou le corps a été entreposé (enterré, immergé ou à l’air libre)…

Le rôle de l’entomologiste forensique

Etre entomologiste forensique implique une parfaite connaissance de la biologie des insectes concernés et un matériel spécifique : matériel de protection et de photographie, papier adhésif « attrape-mouche », pinces, flacons, thermomètre… Car le développement des insectes dépend beaucoup des conditions du milieu dans lequel on les trouve.

Le travail de l’entomologiste consiste à alors à effectuer une série de prélèvements et à procéder à l’identification… des insectes retrouvés sur le corps. Par la suite, il doit déterminer si ces insectes sont en cours d’installation ou si plusieurs générations se sont déjà succédées. L’entomologiste doit également mesurer l’état du corps, la température, l’hygrométrie, les conditions climatiques et l’environnement local. Une fois combinées, toutes ces variables lui permettent d’établir une analyse afin de situer la date du décès. Il s’agit d’un véritable travail d’enquête : par exemple, si un cadavre froid est découvert sans insectes dans un lieu où ils sont pourtant présents, cela veut dire que le corps a été conservé dans un lieu isolé.

Même si l’entomologie médico-légale reste encore trés largement utilisée, des techniques plus précises sont en développement ; l’informatique ouvre ainsi de nouvelles perspectives pour la réalisation d’expertises assistées par ordinateur.

Facebooktwitterrssby feather

Articles récents