Visit Homepage
Aller le contenu

Les rites funéraires

Les rites funéraires sont, au même titre que la mort, quelque chose de commun à tous. En effet, quels que soient la religion, le pays ou même le statut social, de tous temps l’être humain a accompagné la disparition d’un individu par un comportement particulier. Ce dernier, s’exprimant au travers de de gestes, de mots ou encore de célébrations, peut changer du tout au tout en fonction de l’endroit où l’on se trouve sur la planète.
Du temps de Cro-Magnon déjà…
D’après certains scientifiques, les premières traces de rites funéraires dateraient de la préhistoire et plus précisément de l’Homme de Neandertal (ce qui équivaut à environ 120 000 ans avant notre ère). Pour valider leur hypothèse, ces derniers s’appuient sur la découverte de sépulture en Israël. Bien entendu, les raisons de ces mises en terre ne sont pas connues. De ce fait, les théories à ce sujet sont multiples et aucune ne peut apporter une réponse concrète à cette question.
Cependant, pour les hommes d’aujourd’hui, la raison de ces rites funéraires est simple puisqu’ils sont dictés par des croyances religieuses.
A chaque religion son rite funéraire
Les protestants ne prient pas pour leurs disparus. La cérémonie d’obsèques qui a lieu dans un temple et qui est dirigée par un pasteur ne fait donc l’objet d’aucune prière particulière et fait plutôt la part belle aux chants. Lors de la mise en terre, le pasteur lit un texte et un membre de la famille peut en faire autant s’il le souhaite. Les personnes non pratiquantes peuvent malgré tout avoir des obsèques protestantes.
La cérémonie des catholiques qui a lieu dans une église est plus spirituelle avec des prières et des hommages. Au moment de la mise en terre, le prêtre effectue une dernière bénédiction pour l’âme du défunt. La plupart du temps, une messe du souvenir est organisée lors d’un dimanche qui suit la cérémonie. Comme chez les protestants, les personnes non pratiquantes peuvent malgré tout bénéficier d’obsèques respectueuses du rite catholique.
La religion juive a plusieurs préceptes à propos du rite funéraire. Parmi eux, il y a le fait que la toilette du défunt doit être faite par une personne du même sexe (avec récitation de psaumes), l’absence de soins de conservation (sauf en cas de rapatriement) ou encore le fait que chaque proche doit jeter 3 pelletées de terre sur le cercueil au moment de la mise en terre (en présence du rabbin). A noter que dans cette religion il est interdit d’effectuer une crémation ou un don d’organe.
La religion musulmane quant à elle précise qu’un défunt doit être nettoyé par 4 personnes du même sexe (les soins de conservation sont interdits par l’Islam). Après cette toilette et la veillée funèbre, l’inhumation a lieu (dans un délai maximum de 48h). Au moment de la mise en terre, le corps est obligatoirement tourné sur la droite la poitrine tournée vers La Mecque. Les femmes n’ont pas le droit d’assister à la cérémonie et doivent rester dans la maison du défunt. Elles pourront par la suite se rendre au cimetière. Enfin, la crémation et le don d’organes sont interdits.

 

Facebooktwitterrssby feather

Articles récents