Visit Homepage
Aller le contenu

Le don d’organes

Don organes

 

Le don d’organes consiste à prélever des organes ou des tissus sur un donneur volontaire non rémunéré afin de les transplanter chez un receveur malade. Depuis 1976, toute personne décédée est considérée comme un donneur potentiel au regard de la loi. Si l’on ne souhaite pas être donneur, on peut s’y opposer en s’inscrivant au Registre National des Refus. Ce registre doit être consulté par les médecins avant tout prélèvement.

Si une personne souhaite devenir donneur d’organes, elle doit en informer ses proches qui pourront communiquer ses dernières volontés aux équipes médicales lors du décès. Elle peut disposer d’une carte de donneur : certains organismes comme l’Agence de la biomédecine en proposent. En France, le don d’organes est anonyme et gratuit.

Don d’organes : que peut-on prélever ?

Le prélèvement d’organes s’effectue majoritairement sur des personnes décédées. Les équipes médicales procèdent à des tests afin de vérifier les antécédents médicaux du défunt et de détecter d’éventuelles maladies transmissibles, puis effectuent les prélèvements. A l’issue de cette opération, le corps du défunt est rendu à la famille. Les prélèvements post-mortem peuvent concerner le cœur, le foie, les reins, les poumons, le pancréas, du cartilage, la cornée, la peau…

Mais on peut aussi procéder à des prélèvements d’organes sur des personnes vivantes. Le donneur doit être volontaire et en bonne santé. Dans ce cas, les prélèvements concernent essentiellement le rein (principalement au sein d’une même famille ou pour le conjoint), la peau et des fragments osseux.

Don d’organes : la procédure

C’est l’Agence de la biomédecine qui gère la liste nationale des patients en attente de greffe. Elle attribue au receveur l’organe du donneur avant que celui-ci soit prélevé. A l’issue du prélèvement, l’organe (également appelé greffon) est conservé dans une glacière hermétique afin de préserver sa qualité ; il est transmis immédiatement à l’hôpital pour être transplanté sur le receveur. Entre le moment où l’organe est prélevé et le moment où il est greffé, il ne faut pas dépasser 3 à 4 heures pour un cœur, 12 heures pour un foie, 6 heures pour un poumon, 24 à 36 heures pour un rein.

L’aspect religieux

Christianisme, Islam, et Judaïsme sont favorables au don d’organes, le respect de la vie humaine étant primordial pour la plupart des grands courants religieux.

Facebooktwitterrssby feather

Articles récents