Visit Homepage
Aller le contenu

Cimetière naturel : le futur de nos défunts

Le cimetière, nous savons tous ce que c’est et à quoi ça sert. En revanche, combien parmi nous connaissent le thème de cimetière naturel ?
Une nécessité écologique
L’appellation cimetière naturel correspond à un cimetière dont la présence ne nuit pas à l’environnement car bien souvent l’implantation des cimetières se fait au détriment d’un espace naturel. En effet, des terrains entiers sont rasés pour laisser place aux différents éléments qui composent un cimetière. Mais plus encore que de ce manque d’espace, l’environnement souffre surtout :
• Des bactéries et autres microbes apparus à la suite de l’enterrement de personne décédés des suites de maladies ou d’épidémies par exemple. Ce genre de décès occasionne d’ailleurs la construction de tombes spéciales qui réduisent les risques de propagation de ces bactéries.
• Des produits utilisés pour embaumer les corps. En effet, ces derniers sont très néfastes pour l’environnement car composés en majorité d’éléments chimiques et toxiques qui sont rarement biodégradables.
• Des pesticides et autres produits d’entretien utilisés pour nettoyer le cimetière et ses différents éléments

La France se met à la page
Alors que l’usage de cimetière naturel est assez courant dans les pays du nord de l’Europe, les pays d’Europe de l’ouest eux sont encore utilisateurs de cimetière plus conventionnels du fait de la prédominance de la religion catholique. La France par exemple vient d’ouvrir son tout premier cimetière naturel.

Ce dernier ouvert à Niort est 100 % écologique. En effet, tous les éléments utilisés sont respectueux de la nature que ce soit dans la conception (grilles en châtaigner, des murs en pierres sèches…) ou dans les équipements funéraires (cercueils et urnes biodégradables). Comme un bonheur n’arrive jamais seul, sachez qu’en plus d’être écologique, ce cimetière permet de faire des économies au niveau de l’organisation des obsèques.

Autrefois alternative, les cimetières naturels vont devenir au cours des prochaines années une véritable nécessité car avec une population mondiale estimée à 9 milliards à l’horizon 2100, le devenir des corps va devenir une question de société.

 

 

Facebooktwitterrssby feather

Articles récents