Visit Homepage
Aller le contenu

Début de la canicule mardi 30 juin : comme en 2003 ?

Il faut s’attendre à avoir chaud dans les jours à venir. Une vague de chaleur venue de l’Espagne s’abat sur la France à partir de ce mardi. Ces fortes chaleurs rappellent celles de 2003 qui avaient causé la mort de 15 000 personnes.

Une meilleure mobilisation de la sociétéAffiche: En période de fortes chaleurs ou de canicule

Pour ne pas revivre les drames de 2003, il faut prendre des précautions et faire jouer les solidarités. Mais selon Ségolène Royal, Ministre de l’Ecologie, cette canicule ne risque pas d’avoir les mêmes conséquences que celle de 2003 car il y a une mobilisation beaucoup plus forte de la population. Patrick Pelloux, le président de l’association des médecins urgentistes de France, est conscient de cette mobilisation et souligne l’importance des campagnes de prévention, les efforts de communication des gouvernements successifs et l’important traitement médiatique. En effet, le gouvernement mise beaucoup sur la communication et la prévention pour mobiliser les esprits et ainsi limiter les conséquences sanitaires d’un tel épisode de chaleur. Sur les sites du ministère de la Santé et de l’INPES, des listes de recommandations pour faire face à cette canicule ont été publiées. La Gendarmerie nationale a également donné des conseils à suivre en voiture pour les automobilistes et Ségolène Royal a invité sur Twitter les internautes à adopter des « gestes simples ».

Des pouvoirs publics « prêts à affronter l’épisode prochain de canicule »

En 2003, le gouvernement avait été critiqué pour la lenteur de sa réaction face à la canicule. Il s’agit aujourd’hui d’éviter une nouvelle crise en termes de décès et de suractivité des hôpitaux et des pompes funèbres.

En visite dans l’Aveyron, Ségolène royal a demandé une mobilisation des espaces publics climatisés dès lundi. Elle a évoqué « les galeries commerciales, les cinémas, les bibliothèques (…) dans toutes les communes ». De son côté, la maire de Paris Anne Hidalgo a annoncé lundi après-midi que les « mesures d’accompagnement » seraient activées dans la ville ce mardi. Principale mesure : les agents municipaux contacteront les personnes vulnérables (séniors et personnes en situation de handicap). Certaines villes ont aussi invité les personnes vulnérables à s’inscrire sur le « registre canicule » de leur commune pour qu’elles puissent être suivies par téléphone et bénéficier de visites à domicile. Un numéro spécial, 0800 06 66 66, a été mis en place entre 9 heures et 19 heures. Il faut être en effet particulièrement vigilant au bien-être des personnes âgées en cas de canicule. Quelques conseils pour aider cette population à affronter plus facilement cet épisode : éviter l’exposition directe au soleil, boire de préférence plus de 2 litres par jour, refroidir et humidifier son corps, éviter l’isolement en appelant ses voisins et ses proches par exemple.

Depuis l’épisode caniculaire de 2003, les autorités publiques ont mis en place un Plan national canicule en quatre niveaux. Depuis le 1er juin, le niveau 1 de ce plan est activé. Selon Matignon, plusieurs préfets pourraient décider de passer au niveau supérieur à partir d’aujourd’hui.

caniculeUn épisode caniculaire exceptionnel

Cet épisode est exceptionnel par sa précocité. Déjà en 2006 il y avait eu un épisode de chaleur très tôt dans l’été mais il faut remonter jusqu’en 1952 pour retrouver une vague de chaleur aussi précoce. Même en 2003, les températures les plus fortes avaient été enregistrées le 13 août. Déjà vingt-six départements du Sud-Ouest, du Centre, de l’Ile-de-France et de l’Est ont été placés en vigilance orange depuis 14 heures ce mardi. Le thermomètre va sûrement flirter avec les 40° dans le Sud-Ouest de la France. L’épisode caniculaire s’annonce durable, puisqu’il est probable qu’il se prolonge jusqu’à la fin de semaine, indique un communiqué de Météo France.

La France est désormais mieux préparée à la survenue de tels épisodes de chaleur grâce à une meilleure information de la population et le développement de mesures gouvernementales. Il reste toujours un problème : il y aurait un manque de personnel dans les hôpitaux pour gérer l’afflux des patients en cas de crise majeure selon Patrick Pelloux. Mais cette situation devrait être évitée. Météo-France souligne que l’arrivée d’une masse d’air océanique plus fraîche devrait permettre jeudi une baisse importante des températures.

Facebooktwitterrssby feather

Articles récents