Visit Homepage
Aller le contenu

Les accidents de la vie courante

Accident vie courante

Souvent sous-estimés par l’ensemble de la population, les accidents de la vie courante représentent pourtant 20 000 morts par an : c’est la troisième cause de mortalité en France après les cancers et les maladies cardiovasculaires. Les décès liés à un accident de la vie courante sont cinq fois plus nombreux que les accidents de la route. Ils touchent plus particulièrement les plus de 75 ans qui représentent les deux tiers des décès.

A quoi correspondent les accidents de la vie courante ?

Ce sont les accidents survenant au domicile et dans ses abords immédiats (jardin, garage…) ou à l’extérieur (magasins…), les accidents survenant à l’école (ou pendant le trajet) et les accidents survenant pendant les vacances ou les loisirs. Chutes, suffocations, noyades, intoxications et accidents par le feu constituent l’essentiel des accidents de la vie courante.

Les chutes sont la première cause de mortalité : 80% des décès qui surviennent suite à une chute sont des personnes âgées de plus de 75 ans. Les suffocations représentent également une part importante des décès ; elles sont liées majoritairement à l’ingestion d’aliments qui provoquent une obstruction des voies respiratoires. Ce type de décès affecte également en majorité les personnes âgées. A l’inverse, les décès liés aux noyades accidentelles affectent essentiellement les moins de 25 ans. Les intoxications représentent plus de 1300 morts par an et sont essentiellement d’origine médicamenteuse.

Comment éviter les accidents de la vie courante ?

Ce type d’accident affecte essentiellement les personnes âgées et les jeunes enfants. Il faut donc prendre les précautions adaptées à ceux que l’on veut protéger. Préserver ses aînés consiste en particulier à prévenir les risques de chute : éviter les tapis glissants et les câbles ou fils électriques qui peuvent traîner au sol, prévoir plusieurs sources d’éclairage ou installer des barres d’appui dans la salle de bain font partie des solutions possibles.

La protection du jeune enfant passe par une vigilance de chaque instant : ne pas laisser d’objets petits ou coupants à sa portée, ou de produits toxiques (comme les produits ménagers ou les médicaments), installer des barrières de protection en haut des escaliers, dissimuler les prises électriques, débrancher les appareils électriques lorsqu’on s’absente d’une pièce, ne pas installer de meubles sous les fenêtres, installer des bloque-fenêtres… de façon générale, la meilleure de prévenir un accident consiste à ne jamais laisser l’enfant sans surveillance.

Facebooktwitterrssby feather

Articles récents